JacquesF

Members
  • Content Count

    199
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    5

JacquesF last won the day on August 4

JacquesF had the most liked content!

Community Reputation

16 Good

About JacquesF

  • Rank
    Advanced Member

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Ben oui, j'avais pas les yeux en face des trous... (in)visiblement. Je suis tout à fait d'accord avec toi, un masque en /16 est nécessaire, j'ai mélangé les 2 plans dans ma réponse d'ailleurs, mais l'explication devait permettre de trouver les erreurs, désolé... Bon, je vais relire 3 fois ce que j'écris avant de poster avant de sortir faire des courses désormais. Jacques
  2. Bonjour, juste une remarque sur la question de Evotk : Pouequoi tout ton réseau n'est pas en 192.168.1.x ? L'adresse du sous-réseau est bien 192.168.0.0/24 (c'est à dire tous les chiffres entre 192.168.1.1 et 192.168.1.254 (0 est l'adresse du sous-réseau, 255 l'adresse de diffusion). Donc les machines sont bien configurées (le masque est sur les 24 premiers bits (/24) soit 3 octets à 1 (255.255.255.0) En binaire ça donne : 11111111.11111111.11111111.00000000 soit en hexa FF.FF.FF.00 et donc en décimal 255.255.255.0. Toutes les adresses entre 0 et 255 dont les 3 premiers chiffres sont identiques sont dans ce même sous-réseau IP. Il n'y a pas de problème dans la configuration des adresses en local. Ensuite : Ce n'est pas déraisonnable, mas pas forcément très sécurisé (surtout le 1er et 2ème point). Le 1er peut être interdit par l'opérateur au niveau de la box. Ensuite, tous les autres nécessitent de faire du port forwarding pour autoriser l'accès externe depuis le port 5001 par exemple (sur l'IP publique) vers l'adresse interne du NAS sur le même port. Il y a plein de posts sur ce sujet je pense dans le forum, la configuration dépendant du routeur. Après, conserver les ports par défaut pour un accès externe peut être dangereux en terme de sécurité (un NAS accessible de façon trop simple (login/password) peut être utilisé pour déposer des fichiers, servir de relais à une attage de type deni de service, être victime d'un ransomware, etc..) Les 3 derniers points sont possibles avec Synology, sans trop de risque si les mots de passe sont sécurisés), à condition de faire le port forwarding qui va bien sur le routeur. Le 3ème aussi avec les restrictions évidentes en terme de sécurité. Ensuite, en configurant un reverse proxy sur le NAS, il devrait être relativement aisé d'accéder à l'administration du routeur ou de la box (ce qui ne veut pas dire que ça marchera, une livebox par exemple ne répond pas correctement et la plupart des actions ne sont pas possible d'après mes propres (et lointains) essais). Jacques
  3. Autre utilisation d'un datastore sur carte SD (ou clef USB) même avec une seule VM : La compatibilité des interfaces réseaux qui n'est plus du tout assurée avec la dernière version (6.2). Si le slot PCI-e est occupé, la virtualisation reste une bonne solution pour présenter du matériel supporté. Et dans ce cas (une seule VM), inutile d'avoir un disque en plus pour la stocker. Jacques
  4. Bonjour, Difficile de te dire pour le site de Vmware, il n'arrête pas de changer (à croire que c'est pour en rendre difficile l'accès). Dans ce cas, je passe souvent par une recherche Google qui me donne un lien vers la page de téléchargement, qui en principe nous ramène vers celle d'authentification. il y a longtemps que je n'ai rien récupéré sur leur site. Tu peux aussi trouver une version avec les drivers spécifiques sur le site d'HP, ça peut être plus facile. Pour l'installation, dans mon cas, c'est sur une sdcard, elle est donc vue comme un disque. J'en ai déjà fait sur des clefs de 64Go, c'était la même chose, le seul disque proposé est la clef. c'est pour le datastore que c'est plus compliqué pour le faire figurer sur le même support, d'où mon tuto pour héberger la VM Xpenology dessus, les disques devant être en RDM. Et pour une vieille machine, mieux vaut rester en 6.0 avec le dernier patch.
  5. Bonsoir, Pour ma société, j'ai pris une connexion pCloud à vie pour 2To à 350 € (offre limitée et à priori terminée, mais c'est à voir). Ça me parait déjà plus intéressant. Je n'ai pas d'actions chez eux mais je viens de jeter un œil sur l'offre actuelle, l'option famille permet de partager un espace de 2To jusqu'à 5 utilisateurs différents, à vie, et pour 500 €. Après dans ce genre d'offre, le risque est que la société disparaisse... Jacques
  6. Je rejoins Evotk sur les remarques. En solution avec cryptage il y a pCloud, qui offrait il y a peu une solution pour la famille "à vie". Ce type d'offre est parfois prolongée. Tout baser sur un cloud n'est pas plus sûr que mettre tous ses œufs dans le même panier... Sans compter que sans accès Web, plus d'accès aux données, donc ne pas se fâcher avec son FAI par exemple. Jacques
  7. Bonjour, Les règles udev (voir l'exemple de nicoueron) permettent de définir les droits et les noms symboliques permettant l'accès aus périphériques lors de la connexion. Regarde ces sites pour plus de détail : Créez des règles udev pour retrouver votre arduino Ecrire des règles UDEV Jacques
  8. Bonsoir cannot access : => Ne peut pas accéder. Donc si le périphérique semble exister d'après dmesg, ce sont probablement les droits qui sont insuffisants. Je ne sais pas quelle application cherche à accéder au périphérique, mais il faut probablement la placer dans un groupe disposant des droits corrects. Ensuite, je ne sais pas comment DSM gère les droits lors de la création à la volée d'un périphérique (via udev probablement) mais il est probable qu'il faudra créer une règle pour que les bons droits soient utilisés si le fait de mettre l'application dans un groupe ne suffit pas. Jacques
  9. À vérifier aussi, mais de mémoire on peut connecter un disque SATA sur un contrôleur SAS, je suis quasiment certain d'avoir fait ça sur un serveur Dell il y a quelques années. Google devrait pouvoir le confirmer. Sinon, monter un ESXi sur l'autre serveur et mapper les disques en RDM me semble être une bonne solution de repli si l'alimentation (au cas où c'est bien elle qui est en cause) ne veut pas repartir. Jacques
  10. Eh bien, j'espère que c'était bien le câble qui était en cause. À voir avec le temps... Bon WE Jacques
  11. Bonsoir, Le RDM consiste à affecter un (ou plusieurs) disque(s) entier à une VM. Il ne peut donc plus faire partie du datastore, et les données présentes dessus (surtout dans le cas d'un datastore qui utilise un système de fichiers spécifique) seront perdues. Donc, si les données du NAS sont sur un ou plusieurs DS, il faut tout d'abord les sauvegarder avant de mapper les disques sauvegardés en RDM. Si la place est suffisante sur DS pour recevoir les données de l'autre, ça peut se faire ainsi : - 1 sauvegarde du DS1 vers le DS2 - 2 Suppression des disques sur DS1 dans la VM - 3 Destruction du DS1 et allocation des disques en RDM à la VM hébergeant le NAS - 4 Création d'un volume (SHR ou RAID5) du NAS sur les disques RDM - 5 Recopie des données du DS2 vers le volume hébergé en RDM - 6 Si toutes les données du DS2 sont récupérées, suppression des volumes hébergés sur le DS2 et réallocation des disques en RDM dans le NAS - 7 Ajout des disques dans le volume déjà présent sur le NAS - 8 restauration des données sauvegardées si nécessaire sur le NAS Si la place n'est pas suffisante, il faudra envisager des sauvegardes externes (disques USB, cloud, etc...) Jacques
  12. Bonjour, Le diagnostic me semble bon, soit le système, soit la CM, soit... un câble peut-être Mais le système en dernier recours, le plus logique étant de remplacer le câble potentiellement en cause, où de le déplacer pour voir si le problème suit le port ou le disque sur lequel il est connecté. Ensuite, refaire la clef USB car c'est le plus facile. Quelques précisions : - SHR n'est pas propriétaire au sens habituel du terme, c'est une combinaison de raid soft linux (tout à fait classique) mais non pas sur des disques physiques mais sur des volumes logiques (LVM) reposant sur cette technologie logicielle pour répartir les données d'un volume sur un ou plusieurs disques physiques. Il est tout à fait possible de récupérer des données écrites avec SHR avec une simple distribution linux (liveCD ou liveUSB). - Le RAID de la carte mère (la plupart du temps c'est du miroir ou du JBOD) ne doit pas être utilisé, tout est géré par le NAS en raid soft (RAID5 par défaut sur le DSM6) ou SHR (sur DSM5 et en l'activant sur DSM6). Si le raid de la CM est utilisé, alors il est possible que ce soit lui qui provoque une incohérence quelconque et fasse passer le disque en faut (dans ce cas, l'absence d'erreur SMART serait logique). Donc, pour résumer : - Supprimer le raid de la CM s'il est activé (APRÈS SAUVEGARDE DES DONNÉES), cette opération provoque en principe la perte de la structure du disque, donc de l'accès aux données - Déplacer ou changer le câble SATA en cause - Déplacer le disque en cause sur un autre port SATA (IDEM, SAUVEGARDE AVANT) Jacques
  13. C'est vraiment la bonne question que pose Polanskiman... Le fonctionnement même de Synology est basé sur le raid soft. Le raid hard est intéressant au niveau performances (selon la qualité de la carte bien entendu) mais est totalement dépendant de cette dernière. En cas de panne du contrôleur, les données sont inaccessibles. Pire, s'il est impossible de trouver un contrôleur identique (ou compatible du même fabricant), les données sont perdues. Ce qui n'est jamais le cas en raid logiciel. Vues les capacités des processeurs maintenant, le raid soft est quasiment aussi efficace que le hard, et pour l'usage indiqué sera largement suffisant à mon avis. Jacques
  14. Les disques n'auraient -ils pas été assemblés en raid via le contrôleur intégré au Gen8 (création d'un volume) ? Si c'est le cas, il est normal de ne pas voir de disque, le pilote de la carte n'étant pas présent dans le DSM. En supprimant ce volume (tous les disques en mode indépendant), ça devrait régler le problème (si c'est la configuration supposée qui est activée). Bien entendu, si des données sont sur les disques, ne pas oublier de les sauvegarder avant la suppression du volume raid ! Jacques
  15. Tout à fait d'accord avec Evotk. La course à la version n'est pas forcément une bonne chose, ça pousse d'ailleurs à la consommation. Le service apporté (avec sa sécurité nécessaire en ce monde) est la vraie raison d'être d'un serveur. J'ai un Gen8, mon slot PCIe est occupé par une carte SATA, donc je reste en 6.1.7. Si un jour je veux passer à autre chose, alors je virtualiserai le tout via ESXi. Jacques